Christian Klinger
et Sabine Drexler
Sénateurs du Haut-Rhin

Christian
KLINGER

Sénateur du Haut-Rhin

;

Vision & valeurs

Maire de Houssen, vos pairs vous ont déjà accordé leur confiance dans le cadre de la présidence de l’Association des Maires du Haut-Rhin, quelles raisons vous poussent aujourd’hui à mener une liste aux Sénatoriales ?

Depuis deux ans, je préside aux destinées de l’Association des Maires du Haut-Rhin et j’avoue avoir pris goût aux échanges avec mes collègues Maires et aux enjeux touchant les collectivités territoriales dans leur globalité.

Le choix de Catherine Troendlé, Vice-Présidente du Sénat, de ne pas se représenter aux prochaines élections sénatoriales, m’a conduit à me positionner pour continuer de porter la voix de mes collègues haut-rhinois à Paris. Je connais bien notre territoire, ses forces et ses faiblesses, c’est tout naturellement que j’ai décidé de conduire la liste de la Majorité Alsacienne 68. Nous formons dès à présent une équipe soudée, expérimentée et déterminée qui s’inscrit dans la continuité de la majorité sénatoriale alsacienne 68, initiée par Catherine Troendlé.

Comptable de formation et collaborateur parlementaire du député Éric Straumann, vous connaissez bien le travail législatif et les enjeux du territoire devant être relayés entre Paris et le Haut-Rhin. Quelles seront vos priorités ?

Effectivement, j’ai oeuvré comme attaché parlementaire aux côtés d’Éric Straumann pendant plus de 13 ans, je connais bien les instances parisiennes et je serai à même de porter et de défendre les dossiers haut-rhinois au sein des ministères et au Parlement. Ma priorité sera de repenser la place de l’élu local au lendemain de la crise sanitaire.

En effet, les collectivités territoriales se sont retrouvées en première ligne lors de la crise sanitaire du COVID-19 pour pallier les carences de l’Etat. Cette épidémie a démontré que les élus locaux sont très souvent plus réactifs et efficaces que le pouvoir central.

Avec les élus de la Majorité Alsacienne, vous vous engagez à soutenir la création de la Communauté Européenne d’Alsace (CEA). Pourquoi ce choix ?

Nous souhaitons veiller à une plus grande cohérence territoriale et ainsi lutter contre le mille-feuille administratif dont est victime notre pays qui ne prend nullement en compte les spécificités de notre région l’Alsace, héritées de l’Histoire. C’est pourquoi nous souhaitons accompagner avec passion la création de la Communauté Européenne d’Alsace (CEA). Il nous faut privilégier la proximité. La CEA sera plus à même de favoriser l’intensification des échanges et la coopération transfrontalière avec nos amis et voisins allemands et suisses. Plus largement, nous nous engageons à défendre nos spécificités alsaciennes à Paris, favoriser une pratique plus large du bilinguisme, soutenir et défendre les travailleurs frontaliers et évidemment promouvoir l’Histoire et le patrimoine alsacien dans sa globalité.