Fessenheim : Christian Klinger interpelle la Ministre de la Transition écologique concernant les coupures d’électricité annoncées cet hiver

Logo Sénat

Christian Klinger

et Sabine Drexler

Sénateurs du
Haut Rhin

Après que la ministre eut indiqué, sur un plateau de télévision, que les Français pourraient connaître cet hiver des coupures électriques, Christian Klinger n’a pas manqué de lui faire remarquer, lors d’une séance de questions d’actualité, que « ces annonces jettent un froid ! ». Cette situation arrive au lendemain que les deux réacteurs de Fessenheim aient été fermés en 2020. Cette fermeture relève d’une décision politique et idéologique, alors que la centrale était sûre, rentable, faisait vivre plus de 2 000 foyers. Fermer Fessenheim, c’est accepter de perdre 1,8 gigawatt, c’est-à-dire ce qui nous manquera pour passer le cap de cet hiver.

« Nous allons donc devoir recourir à quatre centrales à charbon restant en France pour compenser le manque. Belle réussite de votre politique écologique ! Nous allons devoir importer de l’énergie de nos voisins allemands, qui utilisent des centrales à charbon. Belle réussite de votre politique écologique ! Quoi que l’on en pense, le nucléaire nous permet d’être indépendants et de passer l’hiver sans coupure électrique. » souligne Christian Klinger.

Toujours concernant Fessenheim, Christian Klinger a déposé un amendement visant à ce que le Fonds National de Garantie Individuelle de Ressources (FNGIR), créé au lendemain de la suppression de la taxe professionnelle, compense en totalité la perte de recettes pour la Communauté de Communes Pays Rhin-Brisach, afin de lui permettre d’être véritablement l’acteur de la reconversion de son territoire.